Lison, Première Princesse

Aller en bas

Lison, Première Princesse

Message par Jack Hills le Dim 25 Mar - 1:11



Insolence et fraîcheur se confonde en ce minois à croquer, le minois d'une princesse humble à la joie rarement mise a mal, la propriétaire de ce faciès, cette princesse c'est Lison, la fille adoptive du roi et de la reine. Éternellement jeune et séduisante malgré des mimiques contrastant toujours plus avec son rang et l'ambiance sérieuse régnant au château. Brune à la petite taille et au sourire immortel, ses cheveux sont sombres et longs, entretenus ces derniers sont parfois surplombés d'un beau diadème, quand elle ne l'égare pas, chose rare au final. Svelte et élancée malgré une taille assez modeste, son corps est enjôleur mais rarement mit en valeur, trop jeune dans sa tête pour s'adonner d'elle même à l'art de charmer, ses traits sont fins, son nez en trompette et ses yeux bruns brillent d'une banalité qui la fait ressembler a plus d'une jeune femme de son âge, et c'est ce qui fait, en grande partie, son charme.

Une peau pâle a cause du royaume dans lequel elle vit, des dents entretenues faisant de ses sourires des trésors inestimables, elle pourrait inspirer l'innocence et l'espoir de la jeunesse si plus de gens étaient capable de s'en rendre compte, intrépide mais contre toute violence, couarde bien que courageuse quand l'avenir ou l'unité de sa famille est en jeu, son caractère reste cependant bien trempé. Peste avec celle qu'elle aime, adorant par dessus tout les martyriser pour de rire en leur faisant vivre un semblant d'enfer, la prodige de la peinture aime aussi incarner des personnages afin de se permettre d'être faussement imbuvable ou plus mignonne qu'elle ne l'est vraiment, travaillant ses manières et son timbre de voix pour faire rire plus que par amour ou gout pour le spectacle.

Malgré tout, il lui arrive parfois d'être colérique face à l'illogisme ou encore à l'injustice. En proie a de nombreux doutes qu'elle doit a son tumultueux passé en rapport avec l'Odieux, maître de ses angoisses ainsi au final qu'a son ancien geôlier, un infect gobelin incarnation de la perfidie, la teigne.


Jack Hills

Messages : 67
Date d'inscription : 24/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lison, Première Princesse

Message par Jack Hills le Jeu 26 Avr - 3:44

Tournant sérieux dans la vie de l'Odieux, la jeune Lison alors âgée de sept années le toucha au point de faire naître en lui de nombreux doute, au point ou, pour aider cette enfant et sa mère malade, Jack Hills alors jeune adulte fut tenté de se détourner de sa quête, de ses recherches concernant l'Odieux.

En effet, c'est lors d'un arrêt en basse campagne, que la terre du Bourg de la Haute-lame rencontra cette jeune fille, alors occupée a courir après un lapin bien gras. Cette insouciance qu'il n'avait pu apercevoir au bourg le marqua et pour des raisons que même Walter ne saurait expliquer, l'Odieux décida ainsi d'approcher la gamine.

Se liant rapidement d'amitié a son égard, lui qui était au final encore assez innocent malgré son instabilité alla jusqu'a attraper le gras lapin pour le déposer dans les bras de la jeune fille, apprenant alors que sa mère était souffrante, il tint a rencontrer cette pauvre dame, souhaitant la guérir de son mal afin qu'elle et Lison puisse vivre sans crainte.

Avenant face a la pauvre âme, Jack Hills abandonna sa malsaine espièglerie pour écouter la mourante et sa fille qui malgré un chagrin qu'elle renflouait, affichait une joie de vivre touchante... Créant un certain malaise dans l'esprit de Walter qui, détaché, écouta la discussion avant que son maître ne fasse le serment de trouver un remède, promesse alors acclamée par la jeune Lison.

L'enfant sortit a la hâte, encore jeune elle semblait vouloir raconter ça au lapin, et alors que Jack prenait le thé avec la dame qu'il avait juré de sauver, quelque chose en lui refit surface, en effet une perte d'espoir terrible le fit d'abord s'enfermer dans un court mutisme assez déroutant avant que dans un excès de colère ou de chagrin, il ne poignarde la pauvre dame, passant ses nerfs sur la défunte aux jours qu'il avait lui même écourter sous les yeux de Walter qui tétanisé face a ce changement de situation, en proie au doute face a ce qui dictait la conduite du jeune homme, ne parvint a rien faire.

Si le chagrin guida le couteau de cuisine aillant servit a occire la paysanne vivant a flanc de rivière, il lui fit par la même occasion, monter d'importantes larmes, soulagé après ce coup de colère, la stupeur ou même l'effroi s'empara de son esprit quand il vit le cadavre a la robe tâché de sang, sang qui tacha son visage encore juvénile au moment des faits.

Pleurant de longues minutes en s'excusant sans savoir comment se racheter, il est dit dans d'obscures notes de Walter, qu’après quelques instants a regretter, il inspira pour ensuite afficher un simple rictus ne pouvant ni laisser présager qu'il allait faire quelque chose d'horrible, ni même laisser penser que sa volonté était maintenant d'aider la petite.

Il gagna rapidement la position de la petite, a qui il raconta un mensonge grotesque et surréaliste que l'innocence de la jeune fille la poussa a gober, lui proposant alors de jouer en sa compagnie en s'adoucissant considérablement, retrouvant son rôle de chevalier servant ou plutôt de grand frère aimant... Ainsi boutades et tendre courses poursuites rythmèrent l'après midi, Jack Hills qui n'affichant pas le moindre remord préservait le morbide secret avant que Lison ne propose de jouer à chat, proposition que l'Odieux accepta avant de se mettre a courir tout proche de la rivière qui s'écoulait tranquillement.

Walter qui, plus scrupuleux que son maître était dévasté par ce qu'il venait de voir suivit la suite d'un oeil attentif tout ens achant bien qu'il n'interviendrait pas si quelque chose devait se passer, en outre, qu'importe ce qu'il se passerait, il resterait aussi passif, incapable de sauver qui que ce soit des griffes de l'Odieux. La surprise de ce dernier lui fit l'effet d'une affreuse piqûre, voir même d'une vision terrible qui le tétanisa quelques instants, en effet, l'enfant qui s'amusait comme jamais elle ne s'était amuser, tenta de toucher Jack et dans son élan, frappa du plat de la main le séant de l'Odieux... Affolé par cette sensation qui connu autrefois dans la peine et la douleur, il dévoila un visage plus courroucé encore que quand il mettait a mort la malade, attrapant Lison qui cru d'abord a une blague avant de voir sa gorge être agrippée pour être étrangler au bord de la rivière, son visage plongeant dans l'eau jusqu’à ce que le regard joyeux de la jeune fille ne se ternisse a jamais, étouffée, étranglé, noyée, Jack Hills qui avait déjà montré les atrocités dont il était capable en tuant des innocents, s'enfonça dans l'horreur en massacrant une jeune enfant et sa mère condamnée... Quittant a la hâte la région en dévoilant la même peine que précédemment, suivant la route qui le mènerait a la halte Halo-Hurlant.


Libre dans le royaume cauchemardesque de Kavendish, Lison fut cependant plus livrée a elle même que jamais, en effet pour des raisons étranges, sa mère malade ne l'avait pas suivit dans le monde morne, et c'est tétanisée et en larmes qu'elle erra aux travers des paysages maussade du gris royaume... Sa route a elle la mena jusqu'aux geôles de l'artisans, la ou les sœurs Kavendish et leurs sbires reposaient.

Voyant en un sbire en particulier un certains soutient, Lison fit le choix de devenir l'amie de La Teigne qui lui offrit une poupée, artefact touché par les sœurs qui fit d'elle une poupée ayant conserver paroles et pensées... Surprise mais s’accommodant de cette situation, devenant son jouet favoris, elle ne pensa plus qu'a prendre le thé en supportant tant bien que mal le harcèlement incessant de son seul ami et tortionnaire, ce gobelin abject qui n'avait pas de prénom mais un titre... La teigne.

Finalement, alors que le royaume de Kavendish était devenu un endroit à peu prêt stable, une force dévastatrice et corruptrice s'empara d'un endroit dévasté au sein du morne monde, Le Vieux Kavendish voyait sa terre être pervertie, ses herbes et sa faune se flétrissants pour ne devenir qu'une poussière plus nocive encore que la cendre... La reine Elda et le roi Willem comprirent rapidement que l'emprise viciée allait s'étendre et prit la décision de mettre un terme a cette subite et étrange invasion.

C'est ainsi qu'Elda comprit que ce phénomène était due a un transfert, une machination arcanique dès sœurs qui téléportèrent une aile des geôles de l'Artisan a quelque part ou leurs magies sombres pourraient être exercées... Bravant les danger, sa surprise fut réelle quand elle découvrit la petite Lison, effrayante de part son corps de bois et sa voix aiguë. La reine et le roi ne mirent alors pas longtemps a comprendre que le poupon était une jeune fille maudite et décidèrent de l'emporter avec eux dans leur aventure aux frontières de la folie... Affrontant la Teigne mais aussi d'autres séides avant de se mesurer aux soeurs, c'est victorieux qu'ils s'en sortirent, et alors que la corruption disparaissait, la petite Lison retrouva sa forme humaine malgré ses jambes cassées... N'ayant pas prit une ride elle apparue aux yeux des régents comme elle perdit la vie sous le regard fou de Jack Hills avant d'être adoptée par le souverains, devenant ainsi première princesse du morne monde et goûtant au joie de la véritable vie de famille, trop tourmentée pour se rappeler de sa vie a la surface, elle afficha pour ses nouveaux parents la même joie de vivre qui l'animait autrefois.

Grandissant et vieillissant jusqu'a devenir la jeune femme qu'elle est a présent, c'est embêtée qu'elle vécu sa majorité, ne sachant pas quoi faire pour servir le royaume de ses parents, qu'elle ne fut pas sa joie au moment de se rendre compte que l'art était la voie qui lui était toute tracée ? Elle qui avait finit par être aussi paisible qu'énergique avait besoins de se défouler face a une toile sans pour autant avoir a craindre de quelconque représailles et se dépêcha alors de demander a ses parents de faire construire des locaux qui deviendront son musée... Endroit mythique de la ville, présent dans la rue principale du quartier le plus vivant de la grise capitale.

Plusieurs mois plus tard, alors que sa vie semblait aussi bien tracées que ses traits de peintures, la jeune femme conviée a un dîner royal au château, fit la connaissance de l'elfe Lorindol, fils perdu du Prince de feu Lothric qui, accompagné de Kementaril, sa mère et femme de Lothric, vint a Kavendish pour rencontrer et surtout connaitre l'illustre prêtre des flammes... Le courant passa et sans qu'un rapprochements ne soient arrangé, les deux jeunes gens se mirent a se fréquenter, s'aimant depuis maintenant des années, lié par un amour brûlant mais frais, rythmé par la passion effrénée de la jeunesse et les vertus fantasques de l'art.

Jack Hills

Messages : 67
Date d'inscription : 24/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum